Opération plus de logement

Samedi, le maire PS de la ville, des habitants et une association ont fait remonter leurs difficultés à Leilani Farha, rapporteuse spéciale de l’ONU concernant le droit au logement.

« Merci de venir nous voir, car peu de gens s’intéressent à nous. » C’est avec ces mots que les habitants de Clichy-sous-Bois ont accueilli Leilani Farha, rapporteuse spéciale de l’ONU sur le droit au logement, samedi après-midi. Une vingtaine de personnes, ainsi que des membres du collectif Aclefeu, association qui remonte la parole des quartiers populaires auprès des institutions, étaient présents pour témoigner de leur situation.

« Ça fait 13 ans que j’attends un nouveau logement », se lance une habitante du quartier des Bois-Du-Temple, qui préfère rester anonyme. Elle partage avec son mari, ses trois enfants et sa belle-mère, un appartement doté de seulement deux chambres. « Tous les ans je renouvelle ma demande auprès de la mairie et, à chaque fois, on me dit que c’est impossible vu le nombre de requêtes ».

À Clichy-sous-Bois, il y a 35 logements sociaux sur le contingent de la ville, pour 3 700 demandeurs. « Je cherche désespérément un F4, soupire cette mère de famille. Un F5, je n’ose même pas y rêver. »

Siham Malek a fait sa première demande de logement social il y a neuf ans. Elle habite au 16e étage d’une tour avec son mari et ses quatre enfants. Handicapé au niveau des pieds, son mari ne peut pas sortir de chez lui lorsque l’ascenseur tombe en panne. « À Clichy-sous-Bois, il n’y a plus d’espoir pour le logement », se désole-t-elle. Tous ont des situations similaires et espèrent une chose de la visite de Leilani Farha : que la représentante de l’ONU, fasse remonter leur situation.

La rapporteuse spéciale a écouté, visité le quartier du Chêne-Pointu et rencontré le maire PS Olivier Klein. « Le problème du logement existe depuis des années ici, explique l’édile. Mais c’est désormais encore pire, puisque plusieurs tours du Bas Clichy vont être démolies et il faut d’abord reloger les personnes concernées ».

En janvier 2015, l’opération de requalification de copropriétés dégradées du Bas Clichy a été décrétée d’intérêt national et 10 000 habitants sont concernés. « Il faut construire plus de logements sociaux, sauf qu’on n’a plus de place disponible », se désespère-t-il.

La mairie travaille avec les bailleurs sociaux sur une bourse au logement. « L’idée c’est qu’un couple qui voit ses enfants partir de chez eux lorsqu’ils sont grands, puisse troquer leur F 4 contre un F 2 », explique Olivier Klein. Ils libéreraient ainsi un grand appartement pour une famille avec plusieurs enfants. Encore faut-il les convaincre à entrer dans un appartement plus petit.

Auteur de l’article : admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 − 22 =